royalparcevian.com
Image default
Haute Savoie

à Excenevex, Rachel accueille et dorlote les animaux maltraités et abandonnés


Rencontre avec Rachel qui chez elle, à Excenevex, en Haute-Savoie, recueille des animaux de ferme abandonnés ou maltraités : toute une ménagerie qu’elle dorlote avec l’aide de bénévoles avant de leur trouver un nouveau foyer.

Poussez la porte de la maison de Rachel et dans un bel enclos, voici Moka et Kawa deux veaux en pleine forme qui caracolent au soleil.

Quand Rachel les a récupérés, il a fallu les nourrir au biberon. Aujourd’hui Moka et Kawa se régalent d’un foin disposé dans une mangeoire confortable qui ne risque pas de les blesser…à l’évidence du beau matériel.

Ce qui frappe au premier regard, c’est l’espace et les enclos vastes avec des clôtures en bois. Ici, pas de barbelés. Tout est propre, rangé, harmonieux. 

« Bien sûr quand il pleut, on est envahi par la boue » explique Rachel, « mais c’est important que les animaux se sentent bien ici et qu’on puisse accueillir du public « . 

Depuis le mois de décembre, l’association « SOS Animaux de la ferme  » possède le statut de ferme pédagogique. 

Cela permet de recevoir des classes, des groupes mais aussi des particuliers et des familles pour sensibiliser les enfants au bien-être animal et à l’abandon.

Non loin de Kawa et Moka, Nelson accourt pour quémander une petite caresse et si possible au passage, une petite pomme sortie d’une poche. Nelson est un beau cochon au poil noir et dru. « Celui-là, on le garde, il repart pas à l’adoption, il va rester chez nous » explique Rachel tout en lui grattant les oreilles.

Il y aussi Michel, le cochon mélomane qui n’aime pas les garçons. Quand l’un d’entre eux s’approche de son box, il hurle. Alors pour l’apaiser, Rachel a eu l’idée de lui mettre de la musique classique et particulièrement Mozart. Et ça marche à tous les coups.

Rachel continue la visite : « Là c’est une belle jument qui est aveugle et là c’est une pile de lapins. Ah les lapins ! On en a reçu la semaine dernière une vingtaine, certains dans un état ! Les maîtres les avaient laissés une semaine comme ça sans boire ni manger. Après le confinement, les abandons, c’était terrible ! « 

Au passage, la dame des lieux distribue câlins, caresses et petits noms et tout ce monde se déplisse et affiche une satisfaction évidente. 

Un peu plus loin, une brassée de chèvres joueuses entourent sous les arbres les bénévoles de l’association qui accompagnent fidèlement Rachel pour nourrir, nettoyer et choyer l’armada animale.

Vanessa est un peu le bras droit, celle qui pourra permettre un jour à Rachel de prendre des vacances dans un futur relativement indéterminé. Manon est en formation animalière, Lilou en stage école, Marie fidèle depuis des années et Vivi bricole pour l’association et dispense des massages à Bella la brebis. Bella qui veille sur Espérance, une autre brebis victime d’un AVC qui a été retrouvée dans une poubelle.

Plus loin encore, un lama hautain nous toise, des ânes curieux nous inspectent comme des commères  et tranquille sous un arbre, le doyen de toute cette arche, un joli petit cheval à la robe nacrée que nous présente Rachel. « C’est Voyou, il a 40 ans, il va bien ! « . Et malgré ses dents usées, Voyou engloutit les pommes sorties de nos poches et en réclame d’autres.

Dans une autre vie, Rachel travaillait dans l’immobilier mais déjà dans sa précédente maison, elle recueillait des animaux sous l’œil bienveillant de son époux. A  l’aube de la cinquantaine, Rachel a décidé de faire le grand saut et de se consacrer exclusivement à la cause animale et elle s’est lancée. Il a fallu trouver une nouvelle maison avec suffisamment de terrain pour permettre d’accueillir tous ces animaux qui ne cessent d’affluer au fil du bouche à oreille.

Côté finances, aucune subvention, L’association « SOS Animaux de la ferme » tournait jusqu’à présent grâce aux dons de matériels, de nourriture et d’un vétérinaire très sympa. Pour le reste, le statut de ferme pédagogique pourra peut être et c’est ce qu’espère Rachel pérenniser cette incroyable action dans le temps.

        





Source France 3

Related posts

qui croire ? Au procès en appel de l’ex-directeur d’école de Cornier, la pédopsychologie au coeur des débats

adrien

« J’ai à cœur de montrer à d’autres jeunes femmes que ce métier est possible ». Marion Poitevin, guide de haute-montagne

adrien

Quelle place pour la voiture électrique dans nos campagnes en Auvergne-Rhône-Alpes ?

adrien