royalparcevian.com
Image default
Haute Savoie

à un mois des JO de Pékin, Tessa Worley « monte en puissance »


Tessa Worley commence à se projeter pour les JO de Pékin qui s’ouvrent le 4 février. Forte de sa victoire sur le géant de Lienz, la skieuse de Haute-Savoie sent qu’elle « monte en puissance ».

De la confiance et le sentiment de progresser. A moins d’un mois des Jeux olympiques de Pékin, toutes les conditions semblent réunies pour la Haut-Savoyarde Tessa Worley qui se présentera samedi 8 janvier sur le géant de Kranjska Gora (Slovénie). Juste après sa victoire sur le slalom géant de Lienz, en Autriche, le 28 décembre.

« La victoire, c’est un plus, ça veut dire une course aboutie, avec un engagement important sur deux manches. Je sens que je monte en puissance », a assuré la skieuse lors d’un point presse. « J’ai toujours des choses à travailler mais je ne veux pas penser technique en course, indique-t-elle, il faut que ce soit naturel. »

« Mon péché mignon technique, c’est de trop accrocher la neige, d’être trop agressive, j’ai envie d’avoir le relâchement sur la deuxième partie de courbe comme le font les meilleures », analyse-t-elle.

A 32 ans, avec 15 victoires en Coupe du monde en géant, Tessa Worley fait évidemment partie des « meilleures » et aborde avec ambition une piste de Kranjska Gora – qui remplace Maribor faute de neige – qu’elle apprécie. Avec une vue lointaine sur les Jeux qui s’ouvriront à Pékin le 4 février.

« Les JO, je commence à me projeter sur l’événement mais il reste des opportunités à saisir en Coupe du monde, estime-t-elle. A Lienz je réfléchissais seulement à ma course du jour, je veux essayer de reproduire ce schéma en janvier. »

En janvier, la Bornandine a coché quatre courses : deux géants, en Slovénie puis en Italie le 25 janvier, et entre-temps, deux super-G à Zauchensee (Autriche) et Cortina d’Ampezzo (Italie) les deux prochains week-ends. Sur le super-G, discipline où elle est moins en réussite, elle doit prouver son niveau à l’encadrement pour y décrocher une sélection pour Pékin.

A l’approche de l’événement majeur des sports d’hiver, l’inquiétude grandit d’être contaminée par le Covid-19, en pleine vaque du variant Omicron, alors que le circuit féminin est lourdement touché par le virus depuis plusieurs semaines.

« Je n’ai pour l’instant pas imaginé manquer une course » pour se protéger d’une éventuelle infection, affirme Worley. « Mais si ça devient nécessaire, pourquoi pas ? J’essaie de faire hyper attention, je n’ai pas fait de folies pendant les fêtes, j’ai limité les contacts et avec des autotests, j’ai pu m’assurer d’éviter les ‘mauvais’ contacts ».

« Je ne me suis pas interdit non plus de voir mes proches, c’était la période où c’était possible, et ça participe au bien-être psychologique, ajoute la skieuse. Les bulles sanitaires c’est très bien, mais le bien-être aide à la performance aussi. »

En Slovénie, Worley affrontera notamment l’Américaine Mikaela Shiffrin, qui avait raté la course de Lienz à cause du Covid-19. La Suissesse Lara Gut-Behrami, absente du circuit depuis la mi-décembre à cause du virus, fait son retour.





Source France 3

Related posts

les élections de la Balme-de-Sillingy annulées par le tribunal administratif de Grenoble

adrien

CARTE. Tests – Coronavirus : 300 sites de prélèvements en Auvergne-Rhône-Alpes, où se trouve le plus près de chez vous ?

adrien

Cluses, Chambéry, Grenoble, comment les musées ont traversé le confinement… sans public

adrien