royalparcevian.com
Image default
Haute Savoie

des séjours linguistiques pour apprendre l’anglais « chez ses voisins »



Lancé en Haute-Savoie, My english family propose des séjours linguistiques en immersion dans une famille vivant en France. A l’heure des déplacements limités vers l’étranger, la demande grimpe en flèche.

Apprendre l’anglais en immersion dans une famille à deux pas de chez soi, l’idée ne vient pas spontanément en tête. C’est pourtant le concept lancé par Bettina Garberoglio, une entrepreneuse franco-allemande vivant à Talloires-Montmin (Haute-Savoie).

Avec la crise sanitaire et les restrictions de déplacement vers l’étranger, le moment est idéal pour faire connaître le principe de « séjour linguistique chez ses voisins », résume la fondatrice de My english family. Les « étudiants », âgés de 9 à 99 ans, peuvent ainsi séjourner dans l’une des 180 familles anglophones dans le pays, dont plusieurs dizaines se trouvent en Auvergne-Rhône-Alpes.

« C’est une région où il y a beaucoup de familles anglophones, aussi bien des saisonniers que des personnes qui tiennent des gîtes », raconte Bettina Garberoglio. Immersion, cours d’anglais, loisirs, activités culturelles… Les séjours sont organisés « sur-mesure, en fonction des besoins de chacun » aussi bien en termes de contenu que de durée.

 

« Ce n’est pas un concept ancré dans la tête des adultes »

Si l’essentiel des 200 « étudiants » accompagnés chaque année sont des collégiens ou des lycéens, ces séjours linguistiques s’adressent aussi à des adultes et des seniors. « Ce n’est pas un concept ancré dans la tête des adultes qui vont plus facilement penser à des cours d’anglais pour se perfectionner. Ca demande beaucoup d’information de faire changer les mentalités », explique la Haut-Savoyarde.

My english family enregistre de nombreuses réservations en vue de l’été, les restrictions de déplacement vers l’étranger aidant. Mais s’agit-il d’un vrai séjour en immersion, même en France ? La question revient souvent dans la bouche des parents. « Imaginez si vous allez un jour vivre à l’étranger, vous continuerez probablement à parler français, à cuisiner français », répond Bettina Garberoglio.

Et pour les plus jeunes avec un niveau moins élevé, il est possible de séjourner chez une famille dont les enfants parlent à la fois anglais et français. « On apprend presque plus de vocabulaire », estime-t-elle, ajoutant que ces familles vivant en France ont une capacité d’« empathie » envers les apprenants.

« Les Anglais ont l’habitude que leurs interlocuteurs se plient en quatre pour leur parler anglais. Mais ces familles savent ce que c’est d’apprendre une nouvelle langue, donc elles auront tendance à parler plus lentement, faire des dessins pour se faire comprendre », reprend Bettina Garberoglio.

 

Séjours individuels

Le concept a germé en 2015 dans la tête de la fondatrice, née aux Etats-Unis d’une mère Française et d’un père Allemand. « Quand j’emmenais mes enfants à l’école, je me rendais compte qu’il y avait beaucoup de familles anglophones. Et en parallèle, des amis me demandaient si je connaissais des familles à l’étranger pour que leurs enfants apprennent l’anglais, se rappelle-t-elle. C’est de là que m’est venue l’idée. »

Les séjours proposés ne sont « pas moins chers » que dans la plupart des agences proposant des séjours à l’étranger – les frais de transport en moins. Mais les enfants sont accueillis individuellement dans chaque famille. Aucune tentation de parler français avec les autres quand on a un trou de mémoire, donc. Et chaque famille reçoit des étudiants « trois ou cinq fois par an au maximum ». « La motivation principale n’est pas le salaire, selon la fondatrice de My english family, elles font ça pour le plaisir de l’échange, de faire découvrir leur langue et leur culture. »

 



Source France 3

Related posts

la crise sanitaire a bouleversé nos habitudes de consommation en Auvergne Rhône Alpes

adrien

la grande rivale de la skieuse Tessa Worley, Viktoria Rebensburg, annonce la fin de sa carrière

adrien

Déconfinement : pour le football américain, une reprise sans contact

adrien