royalparcevian.com
Image default
Haute Savoie

il sauve un bébé renard et se fait « engueuler » par le vétérinaire


Doit-on récupérer des jeunes animaux sauvages lorsqu’ils nous semblent en danger ? La question n’est pas toujours évidente. Un habitant de Haute-Savoie qui a porté secours a un renardeau y a été confronté. Et malgré la réaction vive du vétérinaire, il pense avoir fait le bon choix.

Jeudi dernier, vers 14 heures, à Loisin, en Haute-Savoie, une conductrice qui roulait sur une route départementale en direction d’Annemasse, stoppe brutalement sa voiture pour récupérer un petit animal prostré au milieu de la route. Johann est témoin de la scène avec un ami, et comme la conductrice est pressée, il récupère la petite bête, un renardeau.

Cet amoureux des animaux appelle ensuite son vétérinaire pour savoir quoi faire. « Au téléphone, ils m’ont dit de venir tout de suite et quand je suis arrivé, je me suis fait engueuler comme du poisson pourri » explique Johann encore sous le choc. « Ils m’ont dit que c’était un animal sauvage, que je n’aurais jamais du le récupérer. On pensait avoir bien fait, on se fait engueuler ».

Finalement, un vétérinaire de Thonon-les-Bains, habitué des animaux sauvages, a récupéré l’animal chez lui. « Il l’allaite car le renardeau n’est pas sevré et il est vraiment très petit » nous explique-t-on à la clinique. Le vétérinaire le confiera ensuite au Centre de Sauvegarde de la Faune Sauvage des Pays de Savoie qui se trouve à Chambéry. 

Que faire dans une telle situation ?

« Il vaut mieux ne rien faire que d’agir mal » prévient Audrey, médiatrice faune sauvage au Tichodrome de l’Isère. Quand le renardeau n’est pas blessé, mieux vaut le laisser sur place. Car au printemps, les bébés renards commencent à s’émanciper et ils s’éloigent parfois un peu de leur terrier. 

Johann a placé le petit renardeau dans un carton pour le transporter chez le vétérinaire

Johann a placé le petit renardeau dans un carton pour le transporter chez le vétérinaire

© JC

Si l’animal est blessé ou en danger, il faut contacter immédiatement un centre de sauvegarde de la faune sauvage et suivre les conseils des spécialistes. Dans le cas de Loisin par exemple, il aurait été intéressant de contrôler la zone autour de laquelle le renardeau a été trouvé pour localiser si possible l’entrée du terrier. Si on la trouve, on peut déplacer l’animal jusqu’à son terrier pour qu’il ait une chance d’être récupéré par ses parents. 

« Toujours déplacer les jeunes mammifères avec des gants » précise Audrey pour ne pas laisser notre odeur sur la fourrure et limiter les risques d’abandon. « Si on a touché l’animal avec ses mains, on peut le frotter avec des herbes et des feuillages avant de le laisser pour effacer notre odeur » ajoute Lucie qui travaille également au contact des animaux sauvages au Tichodrome.

Les gestes à éviter

Si l’on récupère chez soi un animal sauvage blessé ou en danger avant de pouvoir le confier à un centre de sauvegarde, « ce n’est pas pour le mettre sur le canapé » prévient Audrey, il faut respecter certaines règles. « On ne lui donne pas à manger ni à boire, on le place dans un endroit calme, au chaud et on évite de lui parler ou de le carresser pour qu’il ne se familiarise pas avec les humains ou les animaux domestiques » (ce qui pourrait lui porter préjudice une fois de retour dans la nature).

 

 

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets





Source France 3

Related posts

« Le rire, c’est le gasoil de mon moteur » : l’artiste annécien Téo Lavabo fait le buzz sur les réseaux sociaux

adrien

Un journaliste de librInfo74 devant le tribunal de police pour avoir pénétré dans l’aéroport d’Annecy-Meythet

adrien

CARTE. Coronavirus COVID 19 : voici où se trouvent les 998 malades hospitalisés en Auvergne-Rhône-Alpes

adrien