royalparcevian.com
Image default
Haute Savoie

isolement, manque de réseau, le télétravail parfois compliqué


En raison de la situation sanitaire, le télétravail se généralise, en Auvergne-Rhône-Alpes comme ailleurs en France. Mais les territoires ne sont pas tous égaux en termes de couverture numérique. Des ajustements sont faits pour permettre à chacun de télétravailler.

En Auvergne-Rhône-Alpes comme partout en France, le télétravail se généralise de plus en plus, en raison de la situation sanitaire. Si le télétravail est globalement bien accepté et parfois même souhaité par les collaborateurs, certains se heurtent parfois à des difficultés et notamment celle de l’isolement. Pour y remédier, certains trouvent des solutions : on peut par exemple télétravailler dans un chalet à la montagne. C’est une association parisienne qui a lancé ce concept. L’association Paatch propose à des télétravailleurs de se retrouver dans un contexte agréable loin des grandes villes pour une sorte de colocation. Par exemple on peut aller à Morzine, dans les Alpes. Ils sont 13 télétravailleurs, dans 400 m² venus de Paris, Annecy, ou d’ailleurs. L’objectif est de lutter contre le sentiment de solitude : « Pendant le weekend on organise en commun une balade ou une randonnée en ski ou en raquettes. C’est à la fois une rencontre, la lutte contre l’isolement et l’évasion. Le but c’est de se retrouver : on se retrouve », explique Niels Rolland, à l’origine de cette colocation. C’est une nouvelle vision de l’organisation du monde du travail qui a éclot. Le coût de la location à la semaine représente environ 250 euros par personne.

Télétravailler en zone blanche

Mais pour télétravailler il faut surtout être connecté. Le mieux aujourd’hui est d’avoir la fibre. Mais, comme on le voit sur la carte ci-dessous, qui représente la part des locaux raccordables à la fibre optique, on remarque que deux départements ont une nette avance sur le développement de la fibre : le Rhône et la Loire. Il y a des zones où la couverture est très limitée, comme en Ardèche. Dans les autres départements, la couverture se fait progressivement. Le Rhône et la Loire ont plus de 80 % de couverture, ensuite on retrouve l’Allier, le Puy-de-Dôme, la Haute-Loire, l’Ain et l’Isère qui ont entre 50 et 80 % de couverture. Viennent ensuite le Cantal, la Drôme, la Savoie et la Haute-Savoie avec 25 à 50 % de couverture. Enfin, l’Ardèche fait office de mauvais élève de la région : entre 10 et 25 % de couverture seulement.

La commune de Montmorin, dans le Puy-de-Dôme, n’est pas officiellement considérée comme une zone blanche, mais un problème de débit rend le télétravail difficile. Pour télétravailler à la maison, pendant le confinement, il a donc fallu s’organiser, comme l’explique François Pelletier, père de famille et gérant d’une société : « On arrive à faire certaines choses mais pour des actions qui nécessitent plusieurs trafics, plusieurs accès, c’est plus compliqué donc on est obligés de faire des choix. On ne peut pas télécharger quelque chose pendant qu’on est au téléphone par exemple sinon on ne va plus nous entendre. Je ne peux pas recevoir de messages multimédias. Si j’envoie des SMS, il y a 8 chances sur 10 pour que ça passe et 2 sur 10 que ça ne passe pas ». Pour ce qui est de la 4G, selon la Région en mars 2020, il y aurait encore plus de 40 zones blanches en Auvergne-Rhône-Alpes, identifiées sur cette carte par des points rouges.

Les 40 zones blanches d'Auvergne-Rhône-Alpes sont répertoriées par des triangles rouges.

Les 40 zones blanches d’Auvergne-Rhône-Alpes sont répertoriées par des triangles rouges.

© ARCEP/Région AURA

Toujours selon la Région, plus de 30 000 locaux sont couverts par la 4G en mars 2020. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets





Source France 3

Related posts

VIDEO. Salomon crée un masque anti-covid adapté au sport en plein air

adrien

quatre membres du GMHM ouvrent une voie dans la face ouest des Drus, « paroi mythique » des Alpes

adrien

CARTE. Coronavirus COVID 19 : voici où se trouvent les 811 malades hospitalisés en Auvergne-Rhône-Alpes

adrien