royalparcevian.com
Haute Savoie

L’association « Bien vivre à Branchy » alerte sur les dangers autour de l’entrepôt de Seynod (Haute-Savoie)


Dans le quartier Branchy de Seynod en Haute-Savoie, le site logistique Amazon est sous haute surveillance depuis son ouverture en octobre 2020. Dans un récent communiqué, l’association « Bien vivre à Branchy » alerte sur une situation jugée critique en matière de sécurité.

Dans une lettre au préfet datée du 4 novembre 2020, l’association « Bien vivre à Branchy » se dit destinataire de nombreuses plaintes relatives au manque de sécurité à proximité du nouvel entrepôt Amazon.

Un mois après l’ouverture du site, l’association fait le constat de nombreux débordements, photos à l‘appui.

 

La file des camions le soir

La file des camions le soir

© Association  » Bien Vivre à Branchy »

Selon l’association, le Hameau de Branchy est un point sensible depuis de nombreuses années en terme de circulation mais l’installation du géant du e-commerce semble aggraver les choses. « La Société Amazon ne gère pas ses prestataires. Elle fait appel à des livreurs indépendants qui utilisent des véhicules de location (Mingat, Europ Car, Système U, Leclerc…) et usent du domaine public comme bon leur semble » explique l’association.

 

Des camionnettes en attente de livraison

Des camionnettes en attente de livraison

© Association  » Bien Vivre à Branchy »

 

Quel danger ?

Les manœuvres, les files d’attente seraient dangereuses. Les panneaux de réglementation et la propreté totalement ignorés. Certains comportements seraient agressifs envers des riverains et automobilistes tout comme les risques élevés pour les piétons et cyclistes.

Les membres de l’association s’inquiètent de ces débordements d’autant que la société Amazon avait pris des engagements auprès de Jean-Luc Rigaud, l’ancien maire d’Annecy.

 

Route de Branchy : zone interdite aux plus de 3,5 Tonnes

Route de Branchy : zone interdite aux plus de 3,5 Tonnes

© Association  » Bien Vivre à Branchy »

A l’époque, un document de « convention de bon usage » traitait des points suivants :

  • Interdiction de transiter par Branchy et le Vieux Seynod, l’accès devra se faire uniquement par l’axe des Prés Bouvaux.
  • Interdiction de tonnage (3,5t) réglementé sur cette zone.
  • Les véhicules de livraison assurant la distribution urbaine seront électriques.

« Nous constatons, photos à l’appui, que ces engagements ne sont pas respectés et plus qu’une simple gêne, nous déplorons « la mise en danger » à l’abord immédiat de l’entrepôt et particulièrement chaque matin de 8 H 30 à 11 H 30 (7 jours/7).» précise l’association.
 

Derrière ce poids lourd : un virage sans aucune visibilité

Derrière ce poids lourd : un virage sans aucune visibilité

© Association  » Bien Vivre à Branchy »

 

Situation critique

L’association « Bien vivre à Branchy » déplore l’installation progressive d’une zone de non droit. « Des chauffeurs nous informent ne plus avoir l’autorisation de vérifier leur chargement au sein du site mais avoir reçu la consigne de le faire sur la voie publique à l’extérieur de l’entrepôt. »

Il semblerait que la liste soit longue. « L’emplacement devant le container à verre sert de parking à un loueur de camionnettes. Les détritus s’accumulent (emballages alimentaires, cannettes, masques…). La Sté Amazon n’a semble-t-il, pas mis de toilettes à disposition des livreurs. Ces derniers se sont organisés des « latrines » en plein air dans la haie qui sépare les entreprises CEDIPACK et INITIAL. » toujours selon l’association.

 

Les déchêts laissés sur place par les chauffeurs en attente

Les déchêts laissés sur place par les chauffeurs en attente

© Association  » Bien Vivre à Branchy »

 

Les déchêts laissés sur place par les chauffeurs en attente

Les déchêts laissés sur place par les chauffeurs en attente

© Association  » Bien Vivre à Branchy »

 

Trouver une issue aux problèmes

De nombreux interlocuteurs ont été sollicités par « Bien vivre à Branchy » pour tenter de trouver une solution dans un souci d’apaisement.

Ainsi, le préfet de Haute-Savoie, la présidente du Grand Annecy, le maire d’Annecy, celui de la commune déléguée de Seynod, la Police Municipale ont été contactés tout comme les premiers concernés, Amazon Seynod et France.

Réponse d’Amazon France

« La situation de ce site est prise très au sérieux par nos services et nous allons prendre contact avec l’association « Bien vivre à Branchy » très rapidement.

Nous sommes conscients que les tournées de livraisons prises en charge par nos partenaires sont source de tensions.

Il semblerait que les heures des convocations sur site ne soient pas respectées. Les aires de chargement étant limitées, une accumulation de véhicules arrivant « trop en avance » sont de fait, dans l’obligation de patienter et provoqueraient certains désagréments. 

 

Notre volonté est d’avoir de bonnes relations avec notre voisinage. Le site Amazon logistique du quartier Branchy est très récent et nous sommes encore dans une période d’ajustement.

Nos équipes sont allées à la rencontre d’entreprises voisines il y a quelques jours pour savoir ce qui leur créer de réelles difficultés. Cet audit va nous permettre de rappeler les règles à respecter à nos partenaires. Cela a été fait dès vendredi dernier (6/11/2020) et sera fait chaque semaine désormais.

Nous avons également du personnel en charge de la régulation sur site mais la prise de sanctions ne fait pas partie de leurs attributions. Ils constatent certains abus par la prise de photos et rappellent les mesures en vigueur auprès des entreprises mais ne peuvent intervenir au-delà.  

  

Nous souhaitons que cette situation trouve un issue favorable au plus vite et ce dans l’intérêt de tous.

Nous échangerons sur cette question dans les tous prochains jours lors d’un rendez-vous prévu le 20 novembre prochain avec la mairie.»

Entretien réalisé par téléphone avec la responsable de communication Logistique Amazon France à Paris, le 09/11/2020. 



Source France 3

Related posts

la galère des saisonniers pour décrocher un emploi

adrien

Biathlon. Reprise timide pour les biathlètes des Alpes en Coupe du Monde

adrien

Thomas Cook renaît de ses cendres un an après sa faillite, mais sur internet seulement

adrien