royalparcevian.com
Image default
Haute Savoie

« Les maires de France ont vécu un supplice », dénonce le maire des Contamines-Montjoie


Premier foyer du coronavirus en France, la commune des Contamines-Montjoie a été citée comme exemple pour sa gestion de la crise. Mais son maire sortant, Etienne Jacquet, décrit « trois mois d’enfer » pendant l’épidémie.

Fatigué et désabusé, Etienne Jacquet s’attèle à la dernière tâche de son mandat : l’organisation des élections municipales. Le second tour se profile dimanche 28 juin mais le maire des Contamines-Montjoie, pourtant candidat à sa réélection, a la tête ailleurs.

« Peu importe le résultat, j’ai juste envie que ça se termine », souffle-t-il. La commune de Haute-Savoie a été l’un des premiers foyers de contamination du coronavirus en France, en février. Cinq ressortissants britanniques ont été infectés par le Covid-19, mettant ce village d’un millier d’habitants au cœur de l’actualité nationale.

Difficultés dans l’approvisionnement en masques, en tests… « Toutes les défaillances rencontrées pendant l’épidémie avaient été identifiées aux Contamines », affirme le maire. La crise avait finalement été maîtrisée, à grands renforts de dépistages et de mesures préventives dans la commune haut-savoyarde.

S’en sont suivis « trois mois d’enfer », raconte Etienne Jacquet. « Je ne suis pas anti-Macroniste, se défend-il, mais ça a été compliqué, long et douloureux. » Le maire sortant critique une gestion de crise « en dépit du bon sens » et des élus locaux livrés à eux-mêmes. « Les maires de France ont vécu un supplice et je ne vais pas l’oublier », lance l’élu.

La rue principale des Contamiens-Montjoie (Haute-Savoie) en février 2020, après la découverte des premiers cas de coronavirus en France.

La rue principale des Contamiens-Montjoie (Haute-Savoie) en février 2020, après la découverte des premiers cas de coronavirus en France.

© Marie GIFFARD / AFP

 

« Manque de considération »

En cause selon lui ? La « paralysie » dans laquelle le pays a été plongé pendant les sept semaines de confinement, et encore aujourd’hui. « Tout est bloqué, c’est une horreur (…) Il y a eu un grand manque de considération des élus locaux et ce qui est grave, c’est que les Français n’ont plus confiance en l’Etat. »

Enfilant sa casquette de chef d’entreprise, le maire sortant des Contamines-Montjoie décrit également son « incertitude ». « Les entrepreneurs ne savent pas à quelle sauce ils vont être mangés », explique-t-il. Malgré la reprise progressive de l’activité économique, Etienne Jacquet s’avoue pessimiste. « Tous les commerces de la commune ont réduit leurs recrutements par trois ou quatre », dit-il, craignant par ailleurs « une catastrophe en terme d’emplois dans le secteur du tourisme ».

A quelques jours du scrutin municipal, le maire sortant parle d’une « organisation et une mobilisation des électeurs très compliquée », faisant suite à une « campagne ingérable ». « J’en veux beaucoup au gouvernement », lâche-t-il. En ballotage défavorable avant le second tour, Etienne Jacquet n’attend plus que dimanche pour être fixé. Avec, dans un coin de la tête, la crainte d’une « seconde vague avant l’été ».

 

Elections municipales 2020 : les candidats en lice
  • François Barbier, « Ensemble Les Contamines », 45,63% des suffrages exprimés au premier tour ;
  • Etienne Jacquet, « Pour Les Contamines, des projets, du concret », 43,14% des suffrages exprimés au premier tour ;
  • Caroline Samyn, « Les Contamines c’est vous, avec nous », 11,21% des suffrages exprimés au premier tour.



Source France 3

Related posts

la crise sanitaire a bouleversé nos habitudes de consommation en Auvergne Rhône Alpes

adrien

Déconfinement : le château de Montrottier (Haute-Savoie) rouvre ses portes et présente son donjon rénové

adrien

CARTE. Coronavirus COVID 19 : voici où se trouvent les 1070 malades hospitalisés en Auvergne-Rhône-Alpes

adrien