royalparcevian.com
Image default
Haute Savoie

METEO. Dans les Alpes aussi, 2020 année la plus chaude jamais enregistrée par Météo-France depuis 1900



Avec une valeur moyenne de 14 °C, la température de l’année 2020 est la plus chaude jamais enregistrée. Une année « hors du commun « , commentée par Serge Taboulot, ingénieur météo des Alpes du Nord : « Vous avez dit urgence climatique? Ne quittez pas, je vous la montre! »

A l’échelle de la France, l’année 2020 est de loin la plus chaude, avec un excédent de température par rapport au climat moyen de la fin du XIXe siècle qui dépasse largement les 2°.

Serge Taboulot, ingénieur météorologue, et ancien chef  du Centre Météo-France des Alpes du Nord, n’y va pas par quatre chemins. Lui qui a veillé 40 ans durant sur la météo de nos jours et de nos nuits, et qui n’entend pas quitter sa vigie.

Sur son compte twitter, il évoque ce record mais aussi et surtout l’urgence de la situation qui le préocupe.

Le rafraîchissement de cette fin d’année n’aura rien changé. C’est désormais officiel : avec une valeur moyenne sur l’ensemble du pays atteignant 14 °C, la température de l’année 2020 est la plus chaude jamais enregistrée, devant 2018 (13,9 °C).

2020 a été particulièrement marquée par la succession de mois « chauds », juin et octobre exceptés. Nous avons connu le second mois de février le plus chaud de l’histoire, jalonné par plusieurs pics de douceur remarquable et de nombreux records.

Serge Taboulot s’en inquiète depuis des années, et pour la dernière Carte Blanche à la Saint-Sylvestre sur France Bleu Isère, il en fera sa chronique, sans pour autant faire le rabat-joie, en cette fin d’année qui n’a décidément pas « été du gâteau ».

Car c’est l’autre signe du réchauffement de la planète : sur 120 années, depuis que les moyennes nationales sont mesurées, neuf des dix années les plus chaudes appartiennent au XXIe siècle, et sept, à la dernière décennie. Ce réchauffement reflète fidèlement celui qui est constaté à l’échelle planétaire, l’Organisation mondiale de la météo estimant que 2020 devrait être l’une des trois années les plus chaudes jamais enregistrées.

 

Un hiver blanc qui ne doit pas faire oublier les épisodes de canicule

« Une implacable modification du climat alpin ».

L’impact du réchauffement devient en effet de plus en plus visible sur nos glaciers. Ses conséquences sont aussi alarmantes au cœur de la montagne, avec le recul du permafrost. « Une évolution très inquiétante et très rapide, visible à l’oeil nu à ma proche échelle de vie d’alpiniste, c’est-à-dire courte, alors imaginez à l’échelle du temps géologique ?! « s’interrogeait déjà en novembre de l’année dernière François Damilano, guide de haute montagne, réalisateur, et écrivain.

 

Hommage aux Veilleurs amateurs du temps

En cette fin d’année, Serge Taboulot a tenu à mettre à l’honneur les passionnés de météo, « ils se regroupent autour d’associations dynamiques. Au niveau national, je vais citer tout particulièrement l’association « Infoclimat », et aussi dans les Alpes, avec en particulier le réseau d’observations du massif alpin « Romma », qui diffuse en temps réel toutes ses mesures sur son site internet », a -t-il déclaré à France Bleu Isère. « Grâce à l’ouverture en open data des données mesurées par les services météo du monde entier, on peut comparer leurs mesures avec les réseaux professionnels qu’ils complètent de mieux en mieux. »

En attendant, sans « déflorer » sa Carte Blanche du 31 décembre à France Bleu, voici un petit indice sur la couleur des 1ers jours… de 2021.

 





Source France 3

Related posts

une plainte déposée contre des médecins des Alpes et du Rhône

adrien

les écolos dans la rue à Grenoble, Annecy et Chambéry

adrien

À Chambéry, Grenoble ou Annecy, comment les municipalités sont parties à la pêche aux assesseurs

adrien