royalparcevian.com
Image default
Haute Savoie

Pass sanitaire, test PCR, vaccination… Quelles conditions pour passer des vacances en Italie ?



Plusieurs documents sont demandés aux voyageurs traversant la frontière italienne. Certificat de vaccination, test PCR ou certificat de guérison : voici les papiers à prévoir pour vos vacances.

Avec l’arrivée de l’été, c’est la possibilité de voyager qui revient. Les pays européens lèvent progressivement les restrictions alors que l’épidémie de Covid-19 recule. De l’autre côté des Alpes, l’Italie s’organise pour reprendre au mieux son activité touristique malgré la menace du variant Delta qui progresse en France, avec notamment un foyer de contamination détecté en Haute-Savoie.

Lancement du pass sanitaire européen, vaccination, test PCR… A quelles conditions pourra-t-on traverser la frontière italienne cet été ? Quels sont les documents nécessaires ? France 3 Alpes fait le point sur les règles en vigueur pour passer ses vacances en Italie.

 

Si vous êtes vacciné…

Les personnes ayant reçu deux injections de vaccin contre le Covid-19 – ou une pour Janssen – il y a plus de 14 jours peuvent traverser la frontière en apportant une preuve de leur vaccination complète. Pour cela, deux options sont possibles : se munir du certificat papier fourni lors de la deuxième injection, ou bien flasher le QR code figurant en bas à gauche du document avec l’application TousAntiCovid pour l’avoir en permanence à portée de main.

Si vous avez reçu votre seconde injection depuis le 25 juin, vous recevez à la fin de votre cycle vaccinal votre pass sanitaire européen au format papier. Il vous sera remis en main propre par votre médecin, votre pharmacien ou votre centre de vaccination. Il vous suffira de le présenter lors du contrôle aux frontières. Des contrôles systématiques ont lieu aux aéroports ou en gare pour les voyages internationaux et d’autres, aléatoires, sont organisés aux points de passage des frontières.

 

Si vous n’êtes pas vacciné…

En cas de vaccination incomplète ou pour les personnes n’ayant reçu aucune dose, il faudra passer par un test PCR ou antigénique. Un résultat négatif datant de moins de 48 heures sera demandé. Attention, les auto-tests ne sont pas acceptés. Seules exceptions : les voyageurs transitant en Italie pour moins de 36 heures, les travailleurs frontaliers ou encore les enfants de moins de 6 ans – la liste complète est à retrouver sur le site du ministère des Affaires étrangères. En flashant le QR code avec l’application TousAntiCovid, vous pouvez conserver les résultats du test sur votre smartphone.

Mais attention, au retour en France, il faudra également présenter un test négatif de moins de 72 heures. Pour les voyages de plus de trois jours, il faudra donc prendre rendez-vous en Italie et prévoir les frais inhérents au dépistage. Le tarif varie entre 60 et 80 euros par personne et n’est pas remboursé par la Sécurité sociale.

 

Si vous avez eu le Covid-19…

Pour les personnes récemment rétablies d’une infection par le coronavirus, un certificat de guérison sera demandé. Il peut être délivré aux personnes pouvant apporter la preuve de leur guérison par un test PCR ou antigénique encore positif datant d’au moins 15 jours et de moins de 6 mois. Il suffit de récupérer le document sur le portail SI-DEP, soit en l’imprimant, soit en flashant le QR code avec l’application TousAntiCovid. Il est valable 180 jours à compter de la date du test.

 

Pour tous les voyageurs

Vaccinés ou pas, tous les voyageurs doivent remplir un formulaire de localisation permettant de « faciliter le contact tracing si les voyageurs sont exposés à une maladie infectieuse pendant leur séjour », selon les autorités sanitaires italiennes. Il peut être complété dans sa version en ligne ou bien à cette adresse pour obtenir un formulaire téléchargeable à imprimer. Pour les voyages en famille ou en groupe, seule une personne doit le remplir.

 

Quelles restrictions sur place ?

En Italie, le port du masque n’est plus obligatoire à l’extérieur, seulement dans les endroits publics clos comme en France. Le pays tout entier est considéré comme une « zone blanche », c’est-à-dire avec un faible risque d’infection. Il n’y a plus de couvre-feu nocturne ni de restrictions dans les restaurants et les bars. Seules les tables doivent être espacées d’un mètre.

 





Source France 3

Related posts

Annulation en cascade des classes de neige, les professionnels en montagne tirent la sonnette d’alarme

adrien

consommation d’énergie, gestion de l’eau, déchets, les domaines skiables s’engagent pour l’environnement

adrien

Déconfinement : réouverture des refuges en montagne à partir du 2 juin

adrien