royalparcevian.com
Haute Savoie

trois questions à Julien Guingand, technicien forestier de l’ONF



La saison du rut des cerfs a débuté il y a une quizaine de jours dans les massifs alpins, et notamment en Haute-Savoie. Où peut-on les entendre ? A quoi sert le brame ? Julien Guingand, technicien forestier de l’Office national des forêts, fait le tour du sujet.

Un long cri rauque, qui résonne dans la vallée. En tendant l’oreille, vous l’avez peut-être déjà entendu à l’aube ou à la tombée de la nuit. Car depuis mi-septembre, le brame des cerfs – la saison des amours des « gros coiffés » – bat son plein dans les massifs alpins.
 



durée de la vidéo: 00 min 37

Brame du cerf



©France Télévisions

Ces images ont été prises avec un piège photographique au cours des trois dernières semaines, dans le massif des Bauges (Haute-Savoie). Julien Guingand, technicien forestier pour l’Office national des forêts, étudie les habitudes des cervidés. 

A quoi sert le brame du cerf ? 

Le brame est le signe d’une compétitivité entre les différents mâles, qu’on appelle les « gros coiffés », pour la reproduction des femelles. Ils brament pour faire entendre qu’ils sont en place. On appelle d’ailleurs leur territoire des places de brame.

Habituellement, leur espace vital s’étend entre 2 000 et 3 000 hectares. Il arrive fréquemment qu’ils changent de massif. Mais en place de brame, celui-ci se réduit à 100 hectares environ. Ils montrent qu’ils sont bien présents. Si deux mâles sont sur la même place, il y a alors combat pour reproduire la harde. Le cerf évincé ira chercher une nouvelle place [les mâles, qui s’épuisent, peuvent perdre jusqu’à 20% de leur poids durant cette période, ndlr].

Combien de temps cette période dure-t-elle ? Comment s’annonce-t-elle cette année ? 

Le rut du cerf n’advient qu’une fois dans l’année et la période durant laquelle les femelles sont fécondables est extrêmement courte. La reproduction de l’espèce débute environ la première quinzaine de septembre pour se terminer la première quinzaine d’octobre.

Mi-septembre, le climat a été sec et l’activité n’était pas exceptionnelle. Mais avec le coup de froid fin septembre, l’activité des cerfs a redémarré. Il y a un effet de température un peu inexplicable, mais qui est assez flagrant dans le pays du Mont-Blanc, à haute altitude. 

Des études sont en cours sur les effets du changement climatique sur la reproduction des cerfs. Mais a priori, contrairement aux chevaux, on ne constate aucun impact. 

Où peut-on l’entendre ? 

Il ne faut surtout pas aller chercher les cerfs qui brament ! Cela peut être très dangereux : avec la montée de testostérone, le cerf est capable de charger. Pour les écouter, je conseille de se mettre en fond de vallée et de tendre l’oreille. Généralement, le brame survient en fin de journée. Mais dans certains endroits, on peut les entendre du matin au soir. 

La population est très dynamique en Haute-Savoie, environ autant que celle du sanglier. A certains endroits, comme dans les massifs des Aravis, des Bauges ou en pays du Mont-Blanc, la concentration de cerf est telle qu’elle peut bloquer le renouvellement des forêts. 

 



Source France 3

Related posts

voici où se trouvent les 581 malades hospitalisés en Auvergne-Rhône-Alpes

adrien

CARTE. Coronavirus COVID 19 : voici où se trouvent les 923 malades hospitalisés en Auvergne-Rhône-Alpes

adrien

plus court mais hyper-montagneux, les meilleurs coureurs attendus avant le Tour de France

adrien