royalparcevian.com
Image default
Haute Savoie

un milliard d’euros perdu pour les magasins et fabricants de ski



Très dépendante du ski alpin, la montagne a perdu gros cette saison à cause de la fermeture des remontées mécaniques. Les magasins et fabricants de ski affichent un chiffre d’affaires en chute libre et s’inquiètent pour les mois à venir.

L’arrêt des remontées mécaniques en montagne a provoqué une perte d’environ un milliard d’euros de chiffre d’affaires pour l’ensemble des commerces de ski et des fabricants. Et « le pire est à venir », selon le syndicat du secteur, l’Union sport et cycle (USC). « La situation est critique » pour l’ensemble de la filière, a estimé son délégué général Virgile Caillet mardi 16 mars. Le secteur est frappé de plein fouet par les conséquences en cascade de l’épidémie de Covid-19 sur l’économie de montagne, ultra-dépendante du ski alpin.

Pour les commerces de sport de montagne, la saison d’hiver qui s’achève affiche un recul du chiffre d’affaires de 73% par rapport à la saison 2018-2019, la dernière qui n’a pas été amputée par la pandémie, selon l’estimation de l’USC. Syndicat qui indique représenter 1 200 commerces de montagne et 90% du marché des équipements de ski.

Et « ça vient se cumuler avec la perte d’activité de 17% de l’année dernière », quand le premier confinement a stoppé net la fin de saison, explique Julien Gauthier, vice-président de l’USC et directeur du développement des magasins Skiset. « Sur ces deux exercices, c’est quasiment une année de chiffre d’affaires qui a disparu. » Et face à cela, il estime que les différentes aides de l’Etat perçues par les magasins représentent seulement 5% de l’activité.

 

Conséquences en cascade

Selon le syndicat, un tiers de ces commerces spécialisés sont en « urgence absolue » pour leur trésorerie, dans un secteur où l’essentiel des recettes sont faites sur les quatre mois de l’hiver – mais les charges s’étendent sur toute l’année. Avec une activité atone cet hiver, ces magasins de ski ont très peu vendu le neuf ou usé leur matériel de location : ils ne vont donc quasiment pas faire de commandes à leurs fournisseurs.

Une situation « qui nous tue », a expliqué lors de cette conférence de presse Bruno Cercley, le PDG de Rossignol, leader du marché en France. Le groupe isérois a présenté ses chiffres de vente du matériel de sport d’hiver en France : environ 60 millions d’euros en 2019, 26 en 2020 et 18 en 2021, selon ses prévisions.

Avec des charges fixes stables, « faire tourner des usines dans ces conditions-là, c’est complétement impossible », estime-t-il en disant avoir perçu peu d’aides, « le fonds de solidarité, c’est juste une blague ». Face à ces difficultés, l’Union sport et cycle souhaite « hausser le ton » face au gouvernement – avec qui il échange régulièrement – et lui demande le prolongement du fonds de solidarité et de l’activité partielle jusqu’à décembre 2021 pour son secteur.

 





Source France 3

Related posts

des éleveurs s’unissent pour faire face aux attaques de loups dans la vallée de Chamonix

adrien

finalement, les stations seront fixées le 7 janvier

adrien

Y aura-t-il des skieurs à Noël ? C’est LA question qui taraude toutes les stations de ski dans les Alpes

adrien