royalparcevian.com
Image default
Haute Savoie

une association tire la sonnette d’alarme face aux incivilités autour de l’entrepôt de Seynod en Haute-Savoie


Près de sept mois après l’ouverture de l’entrepôt Amazon à Seynod, en Haute-Savoie, de nombreuses incivilités sont toujours constatées par les riverains. Vitesse excessive des camions de livraison, stationnement sauvage, dégradation de la route… Une association alerte sur de nombreux dangers.

Dans les étroites rues de Seynod, les riverains sont habitués à voir se jouer, devant leurs yeux, un incessant ballet de camionnettes blanches. De jour comme de nuit. Depuis l’ouverture de l’entrepôt d’Amazon à Seynod, près d’Annecy, en octobre dernier, les habitants du quartier Branchy alertent sur une situation jugée critique en matière de sécurité.

Des allées et venues de poids lourds ou d’utilitaires, des manquements au code de la route, des excès de vitesse, des incivilités… Depuis novembre dernier, les membres de l’association « Bien Vivre à Branchy » ont alerté les élus locaux, mais aussi la direction du site. Pour eux, la situation n’a pas assez évolué.

« On pense qu’il y a une cadence de 30 à 40 camionnettes toutes les deux à trois heures, explique Didier Tempete, riverain et membre de l’association « Bien Vivre à Branchy » : il doit y a voir entre 4 et 6 vagues chaque jour. »

 

« Des envahissements sur l’espace public »

Mi-janvier, après des mois de lutte, les acteurs associatifs ont enfin pu obtenir des engagements de la part de la direction du site. Amazon a aménagé les abords de son entrepôt, ajouté des marquages au sol et une signalisation plus précise. Mais les problèmes de stationnement, de la forte circulation et de la sécurité n’ont pas été réglés.

« Pourquoi les véhicules arrivent par 15 ou 30 à la file et ne laissent pas céder le passage à un automobiliste particulier ? Pourquoi rentrent-ils à toute vitesse dans le site ? Pourquoi Amazon n’utilise pas ses locaux internes pour ranger ses véhicules ? Tous ces véhicules nous crééent des envahissements sur l’espace public », s’exaspère Micheline Vallée, présidente de l’association « Bien Vivre à Branchy ».

 

De nombreuses incivilités remarquées

Pour respecter ses objectifs de délais impartis, la société Amazon fait appel à des livreurs indépendants qui utilisent des camionnettes de location. Ces derniers « usent du domaine public comme bon leur semble », selon l’association de riverains.

En résultent de nombreuses incivilités : manœuvres dangereuses, ignorance des cyclistes et des piétons, poids lourds garés sur la route et qui ne respectent pas l’interdiction aux plus de 3,5 tonnes, dégradation de la route, des bas-côtés et de la piste cyclable…

Des déchets laissés sur place par les chauffeurs en attente, en novembre dernier.

Des déchets laissés sur place par les chauffeurs en attente, en novembre dernier.

© Association « Bien Vivre à Branchy »

« La situation est pris très au sérieux. L’objectif est de s’ancrer harmonieusement sur le territoire et d’entretenir de bons rapports de voisinage », explique-t-on du côté d’Amazon.

Le service en charge des relations presse rappelle que certains points été apportés, comme une meilleure signalisation, l’installation de barrières et les marquages au sol.

« Une réflexion est en cours en ce qui concerne la circulation, poursuit-on du groupe : Amazon a fait le choix de faire appel à des entreprises locales sous-traitantes pour livrer sur le dernier kilomètre. Les chauffeurs ne sont pas des employés d’Amazon et peuvent ne pas suivre les recommandations. Nous avons donc mis en place un rappel des règles de bon voisinage et d’usage. »

Une prochaine réunion entre l’association de riverains et la direction du site doit avoir lieu mi-juin.

Du côté de la municipalité, la construction d’une nouvelle route est à l’étude depuis plus de cinq ans. Aujourd’hui, c’est une voie de « délestage » qui est annoncée par la mairie, afin de dérouter les camions et absorber une circulation toujours plus dense.

 





Source France 3

Related posts

Couvre-feu à l’échelon local, restrictions pour les bars-restaurants, l’Italie donne aussi « un tour de vis »

adrien

Covid. Les restaurants de Savoie et Haute-Savoie opposés à l’ouverture des salles polyvalentes pour les salariés du BTP

adrien

contrôles, isolement, le gouvernement veut empêcher les Français d’aller skier en Suisse

adrien