royalparcevian.com
Haute Savoie

une plainte déposée contre des médecins des Alpes et du Rhône



L’association France Lyme a annoncé ce jeudi 12 novembre avoir déposé une plainte pour mise en danger d’autrui contre le Conseil de l’ordre des médecins du Rhône et plusieurs médecins conseils de l’assurance maladie, notamment en Isère, Savoie, Haute-Savoie et dans le Rhône.

L’association de malades France Lyme a annoncé ce jeudi 12 novembre avoir porté plainte contre le Conseil de l’ordre des médecins du Rhône et plusieurs médecins conseils de Caisses d’assurance maladie, accusés d’avoir constitué des fichiers de patients à l’insu de ces derniers.

Cette plainte pour « violation du secret médical, constitution illégale de fichiers à caractère médicaux et mise en danger délibérée d’autrui » vient d’être déposée devant le procureur de la République de Lyon par l’avocat de l’association Me Thomas Benages, précise France Lyme dans un communiqué.

 

Une action « en dehors de tout cadre légal« 

Les six caisses de l’assurance maladie concernées sont celles de l’Isère, de la Savoie, de la Haute-Savoie, du Rhône, de la Loire et du Languedoc-Roussillon. Le Conseil de l’ordre des médecins du Rhône (CDOM) n’était pas en mesure jeudi après-midi de répondre aux sollicitations de l’AFP.

Selon l’association, ces médecins ont utilisé des données médicales provenant d’organismes d’assurance maladie et constitué des fichiers à caractère médical à l’insu des malades « dans le but de lancer, en dehors de tout cadre légal, une action à l’encontre du Pr Paul Trouillas« .

Ce neurologue lyonnais prend en charge des formes neurologiques graves de la maladie de Lyme transmise par les tiques. « Cette action vise à contester les prescriptions du Pr Trouillas qui respectent pourtant les recommandations de bonnes pratiques de la Haute autorité de santé (HAS) de 2018« , assure France Lyme Rhône.

 

Débat sur l’évolution de la prise en charge des patients

La CDOM du Rhône, selon l’association, « souhaiterait que soient appliquées les recommandations officieuses de la Société de pathologie infectieuse de langue française » (Spilf) qui diffèrent de celles de la HAS, autorité publique indépendante. Cette polémique sur le diagnostic et le traitement de la maladie de Lyme, qui plonge médecins et patients dans la confusion, date de plusieurs années.
 

France Lyme a ainsi porté plainte en 2019 contre la Spilf, l’accusant de mettre en danger les patients en refusant de voir évoluer la prise en charge de la maladie de Lyme (ou borréliose de Lyme). Selon l’association, la Spilf refuse de reconnaître la version chronique de cette maladie complexe et de ses co-infections.

En 2018, le directeur général de la santé, Jérôme Salomon, avait demandé à la Spilf d’élaborer de nouvelles recommandations pour la prévention, le diagnostic et le traitement de cette maladie, trois mois seulement après la publication de recommandations sur ce même sujet par la HAS.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets



Source France 3

Related posts

7 départements d’Auvergne-Rhône-Alpes en « alerte renforcée », les volailles doivent être confinées

adrien

un « air saharien » et un premier pic de chaleur pour l’arrivée de l’été dans les Alpes

adrien

comment les stations de ski tentent de rassurer les touristes inquiets

adrien