royalparcevian.com
Image default
Haute Savoie

VIDEO. Pris dans une avalanche dans le Valais suisse, ils partagent leur expérience pour lancer un message d’alerte


La vidéo que Forrest Schorderet a partagée sur Instagram fait froid dans le dos. Emporté par une avalanche, Lake, son frère, a bien failli mourir. Il s’en est sorti grâce à la gestion sans faute des trois autres, aguerris à la recherche DVA, mais ils témoignent pour « faire réfléchir »  

Forrest et Lake Schorderet, les deux frères bien connus de la planète pro du freeride, ont décidé ce samedi 20 mars de sortir les skis, et d’aller en hors piste profiter du grand beau qui leur tend les bras en montagne, à Saint-Luc Chandolin dans le Valais Suisse.

Avec leurs deux amis Per et Fred, qu’ils connaissent par coeur « avec lesquels on skie depuis 10 ans, avec qui nous avons fait nos premières compétitions de Freeride «  ils ont bien l’intention « de faire de beaux virages et de ramener de belles images« .

« Il fait beau, la neige est belle. On fait quelques petites lignes, des belles photos, la journée parfaite » raconte Forrest Schorderet

Et puis soudain…

D’un coup la peur, le stress, l’euphorie n’y est plus. Une grosse avalanche m’emporte moi et mon frère Lake

 

Tout s’est passé en quelques minutes, tel un raz-de-marée : « la puissance de l’avalanche nous emporte en bas de la montagne. Lake a disparu, sans aucun doute enseveli en quelques secondes ».

Sur cette capture d'écran de la vidéo, on voit la plaque de neige se détacher d'un coup

Sur cette capture d’écran de la vidéo, on voit la plaque de neige se détacher d’un coup

© Instagram forrest_schord

Sur leur casque, leur caméra embarquée enregistre toujours, et les minutes qui suivent le départ de l’avalanche qu’ils ont eux-mêmes déclenchée durent …une éternité glaçante : à travers les images, on ressent physiquement, en direct, le souffle incroyable de la poudreuse en rage, l’épaisseur de la vague qui aveugle, et les premiers cris de panique, quand ils réalisent que Lake a été emporté, disparu, enseveli quelque part…

Si les deux frères et leurs amis ont choisi d’un commun accord de diffuser cette vidéo sur Instagram, « ce n’est surtout pas, en aucun cas pour faire du buz » insiste farouchement Forrest l’aîné des deux frères  « mais on a longuement réfléchi, et on s’est dit que c’était important de faire passer le message, de sensibiliser tous les amateurs de hors-piste, pro ou non, qu’ils prennent conscience qu’il faut faire extrêmement attention ».

Nous, nous aurions dû être plus prudents,on est conscients de notre erreur et c’est important que notre exemple serve aux autres «  insiste le freerider. 

Miraculés, et encore un peu sonnés par l’événement, les deux frères ont accepté de montrer des extraits de leurs  images, et de témoigner à la télévision suisse RTS

 

Lake, 22 ans, a été embarqué par l'avalanche et enseveli sous près de deux mètres de neige

Lake, 22 ans, a été embarqué par l’avalanche et enseveli sous près de deux mètres de neige

© Instagram forrest_schord

 

Je me retrouve complètement enseveli. Et tout d’un coup, la peur prend le dessus. On essaie de bouger. On n’y arrive pas. On essaie de crier, mais ça ne sert à rien. Je me suis dit que c’était fini »,

Sa GoPro a continué à tourner, et sur les images, on perçoit, en même temps que lui, le manque d’oxygène dans son carcan de neige, l’obscurité presque complète, et puis des sons, des appels, des « on t’aime, tiens le coup, on est là Lake, reste calme » perçus comme des échos qu’on distingue mal, puis qui deviennent plus distincts au fur et à mesure que ses sauveteurs apparaissent, dans un rai de lumière.

Forrest qui a échappé à la coulée commence la recherche avec son DVA et capte très vite un signal

Forrest qui a échappé à la coulée commence la recherche avec son DVA et capte très vite un signal

© Instagram forrest_schord

Forrest a posteriori poursuit son récit « Nos 2 amis sont encore en haut, Per appelle les secours, Frédo me rejoint pour entamer la recherche. On localise mon frère après 2min et on lui dégage la tête après 5min. Il est inconscient au début, mais il respire, il finira par se réveiller en sursaut. Le premier hélicoptère arrive après 20min, le second avec le médecin 30 min après. Mon frère n’a rien, il va bien ».

 

« Nous n’aurions pas dû partir en même temps à deux, dans cette descente trop pentue, j’ai mal jugé la situation

 

 

Forrest estime avoir « mal jugé » la situation, et sous-estimé le risque d’avalanche marqué de 3, ce jour-là. » Nous n’aurions pas dû skier dans ce secteur,  ni s’élancer en même temps, c’était une grave erreur ».

Et sur son compte instagram, il débriefe :

1)Nous n’aurions jamais dû skier à 2 dans cette face et nous n’aurions pas dû sauter ce rocher

2) Nous aurions dû faire une traverse de sécurité, voir si c’était bien stable avant de s’élancer.

« On a décidé de partager ce témoignage en étant conscient de nos erreurs. Il a comme seul et unique but de prévenir.(…) et d’expliquer les points positifs et négatifs à retenir. 

Car les points positifs dans cette terrible mésaventure,  sont loin d’être négligeables . « Ce sont des miraculés mais ce qui les a sauvés, c’est qu’ils étaient aguerris et bien entraînés à la recherche en avalanche, » a déclaré le responsable des secours suisses  Pascal Gaspoz

« Malgré le stress et la peur » écrit le freerider, « on a réussi à bien s’organiser avec mes amis pour le sauvetage. Rapidement, chacun avait une tâche définie. Per à directement appelé les secours, il connait Chando et savait exactement dans quel secteur on se trouvait. Ensuite Fred m’a rejoint, m’a confirmé que le signal du départ (60m était bon) et ensuite il a directement commencé à sonder ».

« On espère qu’elle aura un impact sur certains skieurs-snowboarders »

« On est conscients qu’on a fait des erreurs. On voulait montrer ce qu’on a fait faux », explique Forrest Schorderet.  Sur son compte instagram dans les commentaires, ils sont nombreux à remercier les freerisers du partage de cette expérience, qui aurait pu tourner au drame. Tous saluent » le sang froid, la précision et la coordination dont ils ont fait preuve ».

« Malgre les erreurs vous pouvez être fier de votre réaction » écrit l’un. »Une vidéo qui fait énormément réfléchir » commente un autre ou encore ce commentaire : « On mesure combien un sauveatge peut-être stressant et intense en émotion mais qu’il faut garder tout son calme, et on réalise combien il faut être entraîné, merci« .

« L’entraînement régulier et la pratique de la recherche DVA en situation d’accident est essentielle,même si parfois hélas, cela ne suffit pas toujours » ont rappellé les pisteurs secouristes de Val d’Isère, qui entraînent régulièrement  en ce moment y compris leurs chiens d’avalanche 

En montagne, la saison est partulièrement meurtière cette année. Rien qu’en Valais, onze personnes sont mortes dans des avalanches. 

Mardi dernier, l’ancienne championne française de snowboard Julie Pomagalski, a été emportée par une avalanche dans un secteur hors piste, le canton d’Uri. Elle était âgée de 40 ans. Bruno Putelli, guide de haute-montagne, y a aussi trouvé la mort. Il était depuis un an en retraite d’un poste de secouriste à la CRS Alpes d’Albertville, en Savoie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 





Source France 3

Related posts

Tour de France. La Savoyarde Aurore Macon arrive avec le peloton de Donnons des Elles au vélo sur les routes des Alpes

adrien

TripAdvisor déconseille la destination France, l’office du tourisme de Thonon-les-Bains demande réparation

adrien

La Grande Odyssée Savoie Mont-Blanc, une course qui a du chien dans « Chroniques d’en Haut » sur France 3

adrien